⟵ Retour

La sécurité, leur échec depuis 20 ans - Nos 15 propositions

Si Reims a rattrapé le retard pris dans les années 2000 en matière d’effectifs de policiers municipaux et de vidéo-protection, ces mesures ne peuvent faire illusion et masquer les insuffisances des choix faits sans jamais en mesurer l’efficacité, sans en débattre publiquement et de façon contradictoire. 

Les faits dramatiques que connait notre ville et le vécu de beaucoup d’entre nous marquent l’échec des équipes successives en matière de sécurité. 

Aujourd’hui, le Maire sortant et d’autres candidats nous promettent de faire demain tout ce qu’ils n’ont pas pu ou su faire alors qu’ils étaient au pouvoir.

Aujourd’hui, derrière des déclarations faussement outragées, le Maire sortant renonce en fait à l’action en rejetant la responsabilité sur l’Etat. Ce faisant, Arnaud Robinet oublie notamment que lorsqu’il était député, il a voté la baisse du nombre de policiers nationaux. Il oublie certainement aussi qu’avec Catherine Vautrin, ils étaient membres de la majorité politique qui en 2003 a décidé brutalement la suppression de la police de proximité. 

Aujourd’hui, nous payons aussi plus largement le choix du Maire sortant d’abandonner une partie de la ville et de ses habitants en les laissant seuls face aux incivilités et à la délinquance.

C’est une erreur fondamentale d’appréciation de penser que l’action publique en matière de sécurité puisse se limiter à principalement augmenter le nombre de caméras de surveillance et les effectifs de policiers municipaux, surtout quand cette augmentation se fait de façon inégale dans la ville. 

Nous faisons pour notre part clairement le choix de l’humain et du lien entre citoyens et acteurs de la sécurité comme levier fort d’action contre l’insécurité. 

Nous faisons également le choix de l’implication des citoyens dans leur sécurité pour permettre non seulement l’adaptation des mesures prises aux besoins et aux difficultés mais aussi leur acceptation la plus large. 

L’évaluation de ces mesures devra se faire en toute transparence afin, que dans un contexte budgétaire contraint, chaque euro dépensé le soit de la façon la plus efficace possible. 

L’urgence et la gravité de la situation imposent des actions multiples, concertées, innovantes  et surtout inscrites dans les réalités du quotidien des rémoises et rémois qu’il faut enfin écouter et entendre.

Sans renouer avec l’angélisme des années passées qui faisait de l’insécurité un simple sentiment, sans se satisfaire de postures purement politiciennes et électoralistes, il faut construire avec responsabilité et fermeté une réponse globale et protectrice.

La sécurité n’est pas un luxe réservé à certains seulement. Elle doit être réellement un droit pour tous et partout.

                                 NOS 15 PROPOSITIONS POUR VOTRE SECURITE

1. Faire du “maire de quartier” l’élu référent de proximité pour une réponse adaptée à chaque territoire. Cet adjoint au maire qui réside et/ou travaille sur place connaît son quartier avec ses spécificités et ses difficultés. Il sera l’animateur des acteurs locaux de prévention, d’accompagnement et de sécurité.

2. Remettre des gardiens habitant dans les immeubles et les assermenter pour lutter contre les incivilités.

3. Implanter la police municipale dans les quartiers avec des missions axées sur le contact avec la population, la sécurité et la tranquillité publique. L’augmentation des effectifs sera envisagée au regard d’une évaluation des besoins et de son efficacité projetée.

4. Obtenir du gouvernement que Reims soit retenu comme territoire de déploiement de la police de sécurité du quotidien dès 2021 ce qui permettrait une augmentation des effectifs de policiers nationaux. 

5. Remettre sur le terrain des médiateurs sociaux avec une exigence de résultats en terme de prévention de la délinquance. La paix sociale ne s’achète pas, elle se construit avec des professionnels formés et évalués sur la base d’objectifs qualitatifs.

6. Développer une véritable politique de la ville en lien avec les associations développant des projets favorisant l’inclusion sociale. Ces associations devront être soutenues en fonction de leur performance sociale et non de leurs liens avec les pouvoirs en place

7. Créer un « Conseil de la sécurité des rémois » associant enfin citoyens et associations pour l’écoute et l’engagement de tous sur la sécurité. Il organisera un dialogue dans tous les quartiers sur les questions de sécurité.

8. Se battre pour une politique de la tolérance zéro et de la réparation en matière d’incivilités en améliorant la réactivité des pouvoirs publics et en développant réellement les travaux d’intérêts général en lien avec la justice.

9. Ouvrir une maison municipale des victimes pour accueillir, aider les victimes et prévenir les nouvelles formes de délinquance. Elle permettra de porter une attention renforcée sur la prise en charge des victimes de violences intra-familiales.

10. Créer un dispositif d’accompagnement des parents d’enfants délinquants 

11. Faire de la lutte contre le décrochage scolaire et pour l’insertion professionnelle un objectif majeur pour tous les acteurs de terrain et les considérer comme des éléments à part entière de la politique municipale de sécurité publique.

12. Mettre à disposition de tous les jeunes et des moins jeunes des salles destinées à être utilisées comme des lieux de rencontre et d’échange de façon à ne pas laisser la rue et les cages d’escalier comme seuls lieux de vie sociale.

13. Réinvestir les activités de la nuit en responsabilisant l’ensemble des acteurs et mettre en place des veilleurs de nuit auprès des jeunes dans les lieux festifs pour concilier vie nocturne et tranquillité publique. Un élu aura une délégation incluant explicitement  la vie nocturne

14. Sécuriser les transports publics en mettant en place, notamment en soirée et durant la nuit, des policiers municipaux et/ou en faisant évoluer les missions et l’assermentation des contrôleurs. 

15. Moderniser l’éclairage public pour l’intensifier au passage des piétons et éviter qu’ils se retrouvent dans des zones sombres. De façon générale, la qualité des équipements urbains, leur maintien en bon fonctionnement, et la propreté doivent être considérés comme de vrais facteurs de sécurisation.


Notre charte éthique et morale !
Notre projet s’appuie sur un pacte de confiance avec les Rémois induisant que chacun des membres, candidats, élus soient guidés par des valeurs d’éthique et de morale communes.
Démagogie quand tu nous tiens ! Le Maire sortant et la réforme des retraites
L’Union du 29 janvier titre « le maire de Reims soutient les Avocats » et de reprendre les déclarations bienveillantes du maire-candidat devant le barreau lors de la cérémonie des vœux opportunément organisée à l’hôte...
Etre avocat, petit rappel pour ceux voulant comprendre
Un certain nombre de personne me reproche d’oser défendre « le chauffard de Festieux » en me présentant comme un horrible personnage pour lequel il ne faudrait pas voter. 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la mesure d'audience (données personnelles).
OK