Vers une politique rémoise féministe et ouverte aux familles monoparentales !

Partagez cette page

1. Expérimenter la mise à disposition gratuite de protections menstruelles

• La “précarité menstruelle” est un fléau contre lequel les pouvoirs publics doivent s’engager.

Nous expérimenterons la mise à disposition gratuite de protections hygiéniques dans les lieux fréquentés par des personnes jeunes et/ou précaires, en appui aux associations qui le pratiquent déjà ou s’engageraient à le faire, à défaut en gestion directe par la collectivité. 

2. Organiser les réunions à des horaires adaptés et d’expérimenter une prise en charge des enfants lors des réunions

Les familles monoparentales sont dans la grande majorité des cas organisées autour de femmes occupant en parallèle un travail précaire. Il convient d’étudier les dispositifs pouvant aider ces femmes pour simplifier leur vie quotidienne. 

  1. possibilité d’accéder à des crèches ouvertes 24h sur 24h pour notamment correspondre aux besoins des parents célibataires ou employés dans des secteurs exigeants comme l'hôtellerie, le service à la personne, la sécurité, la restauration ou encore de la santé. 
  2. Libération de places adaptées aux étudiants parents (crèches proches du campus, haltes adéquates)
  3. Haltes permettant à un parent d’aller passer des entretiens pour trouver un emploi ou se faire former.

Afin de permettre à toutes et tous de participer à la vie de la cité, nous souhaitons les réunions à des horaires adaptés ou au moins une prise en charge des enfants lors des réunions.

3. Pour un espace public plus inclusif

L’usage de l’espace répond trop souvent à des codes sexués. Par exemple : des hommes sur les panneaux faisant les travaux ou des panneaux cantonnant les femmes à un rôle précis dans la société (par exemple : changer la couche d’un bébé). 

L'espace public est très souvent inadapté aux personnes avec des poussettes, des caddys de course. Il convient d'intégrer cette norme dans la réfection de la voirie.

4. Accompagner les femmes vers l'activité économique

Valoriser l’entrepreneuriat féminin par la mise en place d’un concours annuel au niveau du Grand Reims destiné aux femmes ayant lancé une activité économique.

Accompagner par un label et une communication adaptée les associations et entreprises qui se mobiliseront pour intégrer des femmes dans le monde de la formation professionnelle et du travail.

5. Agir concrètement pour anéantir les violences faites aux femmes

Le combat contre les violences faites aux femmes doit être une priorité quotidienne. 149 femmes sont décédées en 2019 sous les coups de leur compagnon. En ce sens, nous travaillerons avec les services de l’Etat pour mettre en place un Observatoire territorial des violences faites aux femmes au sein duquel nous ferons une place importante aux associations travaillant sur le sujet.

Nous accentuerons davantage les formations à destination des personnels de la ville de Reims et du Grand Reims afin de mieux détecter les signaux et intervenir auprès des femmes victimes de ces violences.

Notre maison des victimes sera sensibilisée à cette problématique et accompagnera les femmes et/ou les hommes en danger.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la mesure d'audience (données personnelles).
OK